menu

Marseille

Marseille, la magnifique

Marseille est magnifique, vous le verrez, il n’y a pas de doutes là-dessus. On ne vous vante pas les quartiers, les ports, les ruelles, les calanques, le soleil… Tout ça est tellement dit et tellement vrai aussi.

"On est au soleil, on ferme les yeux. Il faut juste les ouvrir parfois."

— Un marseillais

Le quai au pied de la tour St Jean au coucher du soleil

Marseille, quelle vision, quelle culture,
capitale de la rupture* ?

Vols à l’arraché, cambriolage, règlements de compte… voilà ce que vous avez dû souvent entendre comme jolies nouvelles de chez nous… Autant de « mécanismes de violence » que certains médias exposent sans évoquer le reste. Cités Bassens, Bellevue, La Busserine, La Castellane, Kallisté, Les Rosiers… les conditions de vie y sont difficiles, plus que ça encore. Oubliés les quartiers, oubliés aussi toute cette jeunesse dont on s’étonne encore qu’elle n’ait pas mis le feu aux poudres… Résultat de tant d’années de politique clientéliste indifférente aux réels problèmes sociaux, quartiers sud et quartiers nord (hormis quelques îlots-bastides) se séparent toujours… On parle souvent du caractère indomptable des Marseillais, on y voit nous plutôt une grande capacité de vivre ensemble.

Ville à part, il est peut-être intéressant de la visiter sans faire totalement abstraction des difficultés que ses habitants y rencontrent, de savoir considérer les communautés qui la font unique, dont la grande communauté comorienne, sa générosité, sa tolérance.

Je lui ai parlé.
J’attendais le bus à Notre-Dame.

Je lui ai dit : « Ne bouge pas,
Je veux faire la photo pour Anne-Marie. »

Il y avait une bourgeoise,
Elle m’a dit : « je bouge quand je veux ! »

J’ai dit : « Non, non, je parle à l’oiseau. »

— Zineb Marseille. Extrait de Femmes à l’image… Quand le regard libère les mots
Éd. L’olivier bleu & Sémaphore d'Anne-Marie Camps & Claudie Larrieu Clerc

« Toutes les villes sont pareilles devenues »

Alain Bashung le chantait… La nôtre échappe encore à cela, mais pour combien de temps ?

Les uns ont réalisé la rénovation de la rue de la République, des millions d’euros dépensés pour un Palais de la glisse-glacial, pour le stade vélodrome, l’Hôtel-Dieu vendu pour réaliser un hôtel de « luxe » ou de « prestige » ;-( … montrant un Marseille de « carte postale, une belle ville genre Côte d’Azur, … qu’est devenue la Joliette après expulsions par centaines ? » On vous invite à écouter les paroles d’or de Keny Arkana dans son dernier album en bas de page et ne fermons pas les yeux, même s’il y a beaucoup de soleil !

Keny Arkana

« Marseille, capitale de la culture, si c’était une blague, c’est sûr qu’on ne l’aurait pas cru »*

Les autres voit en elle un avenir économique hors de propos, avec Lyon ou Lille comme modèle, ce qu’elle ne sera jamais sans se perdre.

Nous voudrions croire à un sursaut d’indignation citoyenne dans cette ville qui passe souvent, comme le mistral, de l’immobilisme fataliste à la révolte imprévisible. Et si on sortait des caricatures et des galéjades, des projets coûteux-fumeux, de la confiscation de l’intérêt général par des groupes d’intérêt privés au détriment de cette ville et de ses habitants ? » Voir article

Merci de votre venue politique, au sens le plus large du mot, celui de la civilité au sein d’une société développée. Faites remonter vos impressions de passagers, vos demandes et vos exigences, votre clairvoyance…

> Pour partager nos réflexions, nous avons mis à votre disposition dans les studios tous nos livres sur Marseille : les touristiques, mais aussi ceux autour de divers thèmes ou problématiques politiques ou culturelles.

*capitale de la rupture : expression tirée de l’album de Keny Arkana

Liens de Marseille vu autrement par

Bruno Le Dantec

Arte radio Marseille

Radio Grenouille

Keny Arkana

RPZ Arnaud Forest, feat. DJ Toty (Kabal, Assassin), ARTE RADIO

Thomas, le blog d’Askatom, emancipation urbaine

Le WAAW

/